TÉLÉCHARGER QUI A TUÉ À BENTALHA


READ. Qui a tué à Bentalha? Télécharger, Lire PDF. Description. Ce livre est le témoignage poignant d'un homme, Nesroulah Yous, qui a vécu la nuit du Télécharger. enregistrer . contribuer faire la lumire sur ce qui s'est droul Bentalha, mais aussi cu l'audace de venir dans les villages martyrs pour nous tuer. Qui a tué à Bentalha? list. keyboard_arrow_left Chapitre Télécharger Affichage actuel. Première page Qui a tué à Bentalha? Chronique d'un massacre.

Nom: QUI A TUÉ À BENTALHA
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: MacOS. Android. iOS. Windows XP/7/10.
Taille:33.67 MB

TÉLÉCHARGER QUI A TUÉ À BENTALHA

Trois jours après le massacre. Le lieutenant de la Sécurité militaire vient de me raccompagner en voiture. Et il avait lancé des insultes à mes compagnons. Il est bien plus discret maintenant. Je me sens lourd, très lourd, comme si un poids invisible me clouait sur place. Va attraper les terroristes!

Ce livre est le témoignage poignant d'un homme, Nesroulah Yous, qui a vécu cette nuit cauchemardesque. Et en faisant le récit de la vie quotidienne à Bentalha depuis le coup d'État de , Nesroulah Yous montre Télécharger. Offrir?. Telecharger ici: kissa.pro?id=#k Rating: 8; Best Rating: 10; on: reviews. Taille du fichier: KB; Nombre de pages. Ce livre est le témoignage poignant d'un homme, Nesroulah Yous, qui a vécu la nuit du 22 septembre pendant laquelle deux cents hommes Ce qui semblait être un acte de folie barbare des groupes islamiques se révè. Télécharger.

Les cadres du FIS sont traqus ct arrts sur leur lieu de travail , leur domicile ou dans les locaux du parti. Ceux-ci, ainsi que les mosques, sont perqui si tionns et les registres nomi natifs confisqus. L'tat d' urgence est dcrt le 9 fvri er le couvre-feu sera instaur dbut dcembre.

Mais ds janvier, la tombe de la nuit, les rues des quart iers populaires sont dsertes. Les mili- taires s'y dploient et traquent les passants, surtout lesjeunes hommes suspects de sympathie avec le FIS du fai l de leur all ure: Toutefoi s, ils soni nombreux dfier les forces de l'ordre en se rasse mblant spontanment dans les quartiers, criant des slogans, lanant des projectiles, etc.

On leur a vol leur victoire et personne ne sai t encore comment la situation va voluer. De plus, nous nous trouvons dans un vide constitu- tionnel. Comment le remplir? Quotidienne- ment, les adeptes du FIS sc re trouvent et manifestent. Il s se rassemblent la , cit 2 logements et marche nt directe- ment vers la mairie ou la police. Gnralement, ces tions sont pacifiques. Les poli ciers sont l, un peu dsempars, et finalement c'est J'arme qui intervient en tirant en l' air pour disperser les gens.

Une semaine aprs l' arrt des lections, une grande manifestation se droule 8arah Il y a, semble-t-il, des provocations de l'intrieur de la manifestation.

Il parat que des manifestants ont tir sur les forces de l'ordre, cc qui a provoqu des tirs de leur part. Dj en et puis en , nous avions connu ce genre de situations o des agents des services secrets avaient tir sur les forces de l'ordre partir de voi t ures banalises, fai sant croire que des manifestant s violents visaient les forces de l'ordre.

Mai s en , il Y a 24 certainement aussi des islamistes qui cherchent la confronta- tion et esprent dclencher une rvolte. Le jour mme de cene manifestation, il y aurait eu une runion Haouch Mihoub sous l' gide d' un homme trs connu dans les cercles isla- mistes, appel El-Andalous. Il aurait rassembl ceux dont il pensait qu' i Is taient prts prendre les armes et c'est ai ns i que le premier groupe s'est constitu Baraki.

C'tait un groupe htrocl ite, sans exprience ni armes. Il a d'abord, pendant des mois, essay de se consolider ct de se procurer armes et caches ncessai res pour survivre dans la clandestinit; ce n'est que plus lard qu'il est pass l' action. Ses membres seront assez rapide ment dcims par les forces de scurit.

La population, elle, a ds le dbut exprim son refus de cautionner ce putsch: Cela commenait un endroi t et se r pandai t comme un feu de hrousse d'une cit l'autre, d'un quartier un autre, embra- toute la zone. C'tait la fois impressionnant et effrayant.

Puis les mil itaires dbarquaient et t iraient en direct ion des halcons et des fent res aux persiennes closes; ils arrtaient chaque fois beaucoup de jeunes. Des jours durant, nous avons suhi ces irruptions muscles. Il ,Iva it appel les soldats ne pas tirer sur la population civi lc ct on en a fait un appel 11 l'i nsubordination, prtexte pour l' arrter il restera prs de cinq ans en prison avant d't rcjug ct condamn. Et puis tout va trs vite. L'tat d'except ion est dcrt, les eamps dans le Sud sont ouverts et les mil itants du I;IS arrts y sont envoys par mill iers.

Tous les cadres sont menacs et un grand nombre est tout de suite emprisonn. Le FIS se retrouve sans direction et clate dans tous les sens. On yue les sympathisants du FIS sont de plus en plus dsem- pars. Les protestations continuentlous les vendredis, mai s la rpression est de plus en plus svre. Le 4 mars, le FIS est interdi t, ses locaux Alger et dans les autres vil les ferms. En avril , les assembles communales et des wil ayas majorit FIS 25 Il ,j! Kouba ct Baraki, des di spos iti fs policiers s'i nstallent durablement.

Il s y amnage nt un barrage permanent et arrte nt les personnes suspectes qui porte nt une barbe ou un kamis, contrlent les papiers d'ide ntit, ctc. Ce barrage sera la seule prsence mi [itaire suivie dans les environs de Bentalha j usqu' l ' installation du poste avanc en Pendant IOUle s ces annes.

La nui t, nous serons livrs l' arbi - traire. Pourtant nous nous trouvons dans la premire rgion mi litai re, o sont prsents des di zaines de milliers de soldats. Aprs l'i nterrupti on du process us lectoral, je cont inue d'all er la secti on du FFS. Les militants de Baraki commen- cent recevoir les premires menaces.

Ils sont encore protgs parce que le sige sc trouve en face du commissariat, mais il sera bi entt fe rm. Ent re fin et , nous ne nous sommes plus regroups pour discuter.

Nos rencontres ent re anciens mil itants du FFS ne reprendront que fi n Pour ma pari, j e n' ai pas repris d' activit politi que par la suite.

Bentalha, un village en marge de la capilale Dbut ,j'habite encore Sarah dans la cit 2 loge- ments, avec ma mre et mes frres. Depuis ,j' avais un terrai n Bentalha qu' on m'avait all ou gratui tement parce que je travai llais pour la mai ri e j'exerais la fonction de respon- sable technique dans l'Entrepri se communale de trava ux de Baraki.

J'avais commenc construire le t c j anvier ct tous mes voi sins avai ent fa il de mme. Bentalha, bourgade situe environ seize kil omtres d' Al ger, fai t part ie de la commune de Baraki et en est un prolongement.

Pl us tard a t rige la cit de Diarel- Bamka, dont les habi tants devaient tre rel ogs Benlal ha, tant cl Ic tait devenue vtuste et exigu. Baraki a depui s longtemps perdu son caractre villageois pour ressembler une banlieue de capital e.

Il y a bien des vergers et une multit ude de mai sons individuelles, mais de pl us cn plus de cits ont t construi tes pour subvenir aux besoins croissants d' une mtropole grandissante.

Nous nous trouvons dans la rgion la pl us fertile d' Algri e, la fameuse plaine de la Mi tidja durant l'occupation franaise, Bentalha tait compos de quel ques fermes coloniales au milieu des ve rgers ct de gourbis o logeaient les ouvriers agri coles algri ens. Dans les annes soixante-dix a t ommence III constructi on de lotissements qu' on appell era plus tard l' II ancien Bentalha.

La densit de popul ation augmentant Bamki, les nouveaux lot isseme nts de Bent alha, notamment Ha el-Dji lali o se trouve mon terrain, devaient tre attri bus en pri orit ses habi ta nts. Avec les appuis ncessaires, ils obte- naient mme deux ou trois terrains. En fai l, ils ne prvoyaient pas touj ours d'y construire et d'y habi ter, mais c' taient des ohjets de spcul ation: III condi tion pour Ics conserver tait de construire les fondations d' une bti sse avant un an. Les dlgus communaux du FI S avaient en leur temps gel les attributi ons de terrains et les permis de construire.

Effectivement, ceux qui avaient t concdes des terres avant , c'est --dire avant les lections communales, avaent tous des relations avec le maire, les lus, le respon- sable mil itaire local, le commissai re de police ou le respon- sable du parti unique. C'tait la pagaill e cette poque et il n'tait pas rare que le mme terrai n soit attribu plusieurs personnes. D'aill eurs,j'ai moi -mme connu ce problme: Assez vite. Des cen taines de petites maisons ont ainsi vu le jour, Baraki ct ailleurs.

Depuis que je construis, je passe mon temps entre Baraki et Bentalha - Baraki est le lieu de mes liens familiaux et sociaux et de mon activisme politique, Bentalha, c'est l que va sc jouer notre avenir. Je n'en suis pas trs satisfait el tous les amis me demandent pourquoi je suis all me terrer dans ce trou perdu, mai s il nous fallait bien un logement aprs le mari age de mes frres. Nous emmnageons Bentalha en avrI -mai , trois mois aprs l'arrt des lecti ons, avec nos deux enfants - notre ane est ne en et le cadet en ; la troisime verra le jour en En empruntant la route dpartementale de Baraki Sidi- Moussa, Bental ha est situ droite.

Le vi llage est part ag en deux par une route que nous appelons le grand boulevard voir la carte, p. Il dbouche l'ouest sur le grand oued. Le petit oued qu'on traverse cet endroi t est remblay. Fi nalemenl. Dans la seconde purti e du quartie r. Au sud des loti ssement s, des vergers s'tendent sur six kil omtres, tandi s qu'au nord-ouest est localis.

Au nord du qUllrtier. Vers l ' es t , en traversant la route dpartement ale, on dbouche sur Haouch Mihoub qui est un prolongement de Baraki , tandis qu'au sud il y a Cad-Gacem, un loti ssement de la taille de Ha el-Dj il ali qui aura une grande importance dans la suite de ce rcit. Ha eI -Djilal i a t amnag parti r de et comport e maisons. C'est un quart ier o les familles sont pour la plupart modestes.

Certai nes sont originaires de la cit Diar d -Baraka, devenue trs exigu. De nombreux chefs de famille travaillent pour la mairie en tanl que chauffeur s, gardiens de purcs d'automobiles et de matriel, boueurs, ct autres petites foncti ons dans la voirie.

Avec l'aide des prts accords par l'tat , certains crent des petits commerces tels une boulan- une picerie, une peti te entreprise de colle, etc. Les lInCens de Bentalha nous voient d'un mauvais il. Pour eux, nous sommes des arrivistes qui avons pu avoir ces terrai ns aux pots-de-vin. De fait, quelques commerants aiss. Il faut avouer que nous avons eu cert aines faci lits pour Ilhtenir nos terrains mais, pour pouvoir construire, beaucoup dl livcnL faire des travaux supplmentaires ou bien du trabel1do, le march parall le.

D' ailleurs, pour se procurer les matriaux de construction, les briques, le ciment. Des arti sans. Il y a vair l un menui - sier, un tourneur, un frai seur, des petites usines, notamment de confection de textiles, et des commerces, dont un supermarch qui servira plus tard aux militaires de poste avanc.

A partir de Bentalha est un quartier trs htroclite. Les habitams sont originaires de rgions diffrentes. Si certains ont des attaches Sarah d'autres sont de Oued Semmar. Nous sommes rservs les uns des autres, surtout en ces temps d 'i nscuri t et de mfiance gnrali se.

Des liens ne se ti sseront que lentement, quand certains feront venir des voisi ns ou parent: Mais cela ne se passera qu' partir de Dans la doul eur. A cette poque, les famill es Ha sont jeunes. Beaucoup de parents ont la qua rantaine el il y a peu de personnes ges.

Les adolescents ne se sentent pas l' aise parce qu'i ls n'y ont pas grandi et quc tous le urs amis sonl rests dans les quart iers d'origine. Gnralcmcnl, ils n'y passent que la nuit et pendant la journe, s'il s ne vont pas au travai l, ils nent Baraki ou ailleurs. Pourtant , par la force des choses, mme les jeunes seront contraints de rcster dans le quartier, puisque lOul dplacement deviendra trs risqu. Une majorit d'habitants de nos quartie rs sont des sympathisants du FI S.

Mai s ce ne sont pas des militants et il n' y a presque pas d'hommes de Ha qui iront au maquis. Dmocratie usurpe ou sauve '! Mais revenons au dbut de On nous a usurp notre dmocratie naissante e n nous rptant tout au long des art icles de journaux que cc coup d'tat tait ncessaire pour sauver la dmocratie.

En fai t, ma position pendant la pri ode raie tait trs ambigu: Je soutenais qu'une victoire du FIS nous aurait mens vcrs une dictature, mme si existaient en son sein une te ndance modre et des gens raisonnables.

Mais la base, surtout l o je vis, ces jeunes mcontents et avides de justice, n'ont pas suivi les mots d'ordre pacifiques. En ralit, on ne peUl le ur en vouloir. Nous n' avons jamais eu droit la parti cipation poli- tique et pour une foi s qu'on nous a autoriss dcider de notre uvenir , nous ne nous sommes, e n dfin itive, pas si mal dbrouills. Que le FIS ait remport ces lecti ons n'est pas seulement une consquence de son importance, tout fait relle, mais aussi d'un concours de circonstances.

Mais en cc dbut janvier , nous sommes tous victi mes d' une sanc- tion militaire sous prtexte que le peuple a fait un mauvais l'hoix. Une fois le choc pass, je sui s partag. Je ne suis pas sati s- fuit de ce putsch, mais je ne peux nier qu' il a une dimens ion rassurante.

Je croi s encore fort e me nt qu'une coalition de dmocrates peut tenir tte au FIS. En effet , je pense comme hcaucoup d'autres dmocrates qu 'en se rasse mblant on peut viter une prise de pouvoir du FIS. Un point de vue doublement naf. Je dois avouer que, au dbut, je ne suis pas cont re les camps dc concentration. Je pense qu'on veut provisoi re ment interner les plus violents militant s du FIS pour cal mer l' atmosphre et [las plus. Nous savons que certains d'ent re eux se sont orga- nis!!

C'est une situation trs inconfortable: Comme ces journaux qui soutiennent le bien-fond de cette mesure anti- constitutionnelle, ou tous ces dmocrates qui ne sont pas mcontents de ce coup d'tat qui ne dit pas son nom, ou encore un Boudiaf, imposant et impressionnant, qui promet de faire rtablir l' ordre et la dmocratie. Et puis, il ne faut pas oubl ier ces militants du FIS qui par le pass avaient menac de changer tant de choses, jusqu'aux tenues vestimentaires.

Cela avait quelque chose d'effrayant. Qu'on les contraigne ne pas dpasser certaines limites ne m'est pas dsagrable. Sincremenl , Les cadres du FIS tant interns ou contrainls l' exil, les sympathi sants sont livrs eux-mmes. Avec le recul , on peut s'tonner que le parti ne se soit pas prpar ce genre de coup ni n'ait pris certaines dispositions pour garantir la scur it de ses responsables ct militants.

qui a tué a bentalha.pdf

Il est incontestable que des groupes proches du FIS ou peut-tre mme au sein du FIS, ayant vcu la rpression de la grve en juin et le report des lections comme une trahison, avaient dj prvu la clandestinit avanl l'arrt du processus, et dcid de ne plus jouer le j eu de la dmocratie parlementaire.

Mais le gros des troupes voulait un changement pacifique et je crois qu' une bonne partie a vrai- ment vot pour le FIS d'abord pour se dbarrasser de l'ancien systme incarn par le FLN, Il faut le dire, Boudiaf n' est pas apprci de la populati on de nos quartiers. Il est en effet le symbole de l'interdiction du FIS et de l'ouverture des camps de concenrration.

Dj, on entend parler de tortures. Je me di s qu'il s'agit certainement de personnes qui ont commi s quelques dlits ct surt out d' exagra- ti ons de la part des sympathi sants du FIS. Je n'y attache pas trop d'importance. Mais peu peu, j' apprends qu'il y a des victimes dont des jeunes que je connais - qui meurent sous les svices et qu'on enterre anonymement. Le grant du foyer 32 le grand r,'e de la dimocrm;l' sportif du cl ub de Baraki, un gars trs sri eux, sympathisant du FIS, est ainsi arrt en et meurt sous la torture.

Il est enterr sans que la famille en soi t informe. Cela m'a rvolt. Ce n'est pas le premier dcs, mais c'est la premire victime que je connais personnell ement et que j'apprciai s beaucoup. Au contraire, les gens sont satisfaits. D'autant plus que les mdias prsentent l'assassin comme un islamiste, Ce n' est que plus tard que les questions se poseront sur les vritables commanditaires.

Pour ma part , j'ai mal pris la chose: Mais il tai t bien naf de croire en Boudiaf. Il tait assez vident que sa marge de manuvre tai t mi ni me, Il avai t fait lie la lutte contre la corruption son cheval de batai ll e et il semblait dcid faire le grand nettoyage.

Quand ceux qui l'avaient appel n'ont plus voulu de lui, ils s'en sont dbar- rasss, Et d'une manire peu lgante. Son assassinat tait aussi une mise en garde tous ceux qui osaient s'opposer aux vritables dcideurs de l'arme: C'est une leon que l'on n'oublie pas! La rpression s'abat sur nous et notre quarti er, au mme tit re que sur tout l' Algrois.

La salle de prire est dtruite au dozer par les militaires qui arrtent des di zai nes de jeunes et moi ns jeunes, dont l' imam, transfrs e n prison ou dans les camps de conct! C'est J' occasion pour certains pol iciers et mi litai res de se venger sur les jeunes qui avaient montr leur force cn octobre A Ha je n'assiste pas aux premiers ratissages pilrce que je n'y habite pas encore. Mai s Baraki ,je vois comment tout un quart ier peut t re bloqu par les forces de scuri t - souvent combines: La chasse l' homme qui suit a que lque chose d'pouvantable: Il s ne parlent pas 34 avec les habitants, ils Icur donnent tout au plus des ordres.

Toul le monde doi t rester chez soi jusqu' ce qu' il s dbarquent dans les maisons. Il s exigent le li vret de famille, demandent les noms des personnes prsentes, fouillent IOUl es les pices et repartent , non sans avoir dlest les habi tants des bijoux et de l' argent qui leur tombent sous la main.

Toules les maisons y passent. Ils arrlenllcs suspects, nul ne peut aller au lravail ou rcole ct les commerces restent ferms. C'est l' tat de sige pour toute une journe. Ds la tombe de la nuit. Les militaires peuvent surgir de faon imprvue, en nous insultant Cl tirant en l'air. Un jour, Baraki, je me promne dehors avec ma fille quand les militaires arrivent. Un ami me dit: Fais vite, rentre. Je lui rponds: Oui ,j'arrive, mai s il n'y a pas le feu, ils ne me font pas peur ces miliwires, Et tout d'un coup, les voil qui tirent sur les retardataires.

Je plonge par terre, entra nant ma fill e. A Bentalha, ils neTlt de manire trs irrgulire, parfois pour arrter quelqu'un de prcis ou bien ilsquadrillcnt le quartier en tirant en j': Il s exigent qu'on teigne la lumire ou q u'on ferme les volets.

C' est une sit uati on dangereuse, mais pour nous, Bentalha, ell e reste prvisible parce que le village est situ une certaine distance de la route dpartementale et nous voyons arriver les camions de loin. Les forces de scurit, en fait. Il s'agit de contenir les protestations en un court laps de temps, en se dbarrassant de l'encadrement du parti et en matrisant rapidement le mouvement.

En rgle gn rale. Mais cette perscuti on disproportionne en pousse cert ains, surtout les plus jeunes, prendre les armes contre les militaires. Malgr les coups brutaux lors des ratissages, des barrages et des arrestations cibles. Les forces spciali ses dans 35 la lutte cont re le terrori sme ne feront leur appariti on qu 'en Quand les militaires viennent dans les quartiers popu- lai res, rputs fiefs du FIS, il s se donnent du courage en tiraru en l'a ir ct les balles perdues ont fait de nombreuses vIctimes.

Malgr le pri l, je n' ai pas peur. Il Y a videmment des situa- tions o je crai ns les forces de rpress ion, mai s ce n'est pas cette angoi sse insidieuse cl profonde qui nous ass igera plus tard et ne nous quittera plus pendant de longues annes, au point de devenir une dimension de notre personnalit.

Durant l'anne , la rpression a un caractre arbitraire, mai s elle me semble tout de mme cible, ou du moins j'ai l'impression de pouvoir la cerner ct les menaces des islamistes sont rares. Au mOlllent de l'arrt des lecti ons, je suis Baraki et les ranes policires sont quasi quotidiennes. Je me souviens d'un pisode qui aprs coup nous a fait rire. Lors d ' une de ces descentes, un voisin qui a fu i de chez lui se cache dans noIre immeuble.

II a trs peur de sc faire reprer parce qu 'i 1 porte unc grosse barbe et en ces temps qui courent porter une barbe est suspect. Je lui dis de venir chez moi. Il refuse d' abord pour ne pas me causer de problmes. J'insiste en lui conseillant de raser sa barbe sur-le-champ. Dans le malheur qui le frappe, je ne peux m'emp- cher de rire car Sa peau frachemcnt rase est si blanche qu' il sc trahit encore une fois!

Il me rendra bien plus tard, aprs le massacre de , un grand service, en m'emmenant Bentalha avec son taxi alors que personne ne s'y aventurai!. Entre avril et mai , nous emmnageons donc Ha el-Djilali. Les forces de l'ordre ont dj fait le premier nettoyage el beaucoup de ceux qui sont fi chs ou conn us comme acti vistes ou sympathi sants du FIS ont t embarqus. J'ai des di scussions trs ani mes avec les rares voisins qui me parlent. Eux sou ti ennent les islamistes et condamnent les pratiques polici res, moi, je plaide pou r Boudiaf et m'efforce de les justifier.

Ce n'es t pas toujours facile grer parce que je suis l' un des rares habitants de Ha el-Djilali penser ainsi. Dans les premires annes, je suis assez marginalis. Cc brassage fat que j'y ai trouv des amis ayant les mmes affinits I?

Bentalha et surtout Ha el-Djilali, c'est autre chose. A celle poque-l, il n'y a ni infrastructures, ni endroit o se rencontrer, si ce n'cst la rue. Donc, comment se rapprocher et sc connatre pour se dbarrasser des prj ugs, de plus dans un climat de peur et de suspicion?

Les autres vois ins se sont souvent ClOys depuis un certain temps et surtout sont du mme bord polit ique. Ma vic se di stingue en tout de la leur. J'coute de la musique occi- dentale, je ne vais pas la mosque, ne fais pas le Ramadan.

Mal gr cela, je sympathi se avec quelques-un! Lui est infirmier et se comporte de manire assez autoritaire vis-- vis de sa femme.

Il ne l' autori se pas sortir, de peur qu' cl ic ne rencontre les jeunes du quartier. Elle est encore jeune, parce qu ' elle s'est marie trs tt. Ils ont qualre enfants. Ses seul s cont;JCIS dans le quartier, ce sont ma femme et Nassia, qui nous a beaucoup aids dans nos dbuts.

Nous avons mis plus d' un an pour nous install er dfinitive- ment ct celle poque le lotissement est bien habit.

Nous n'avons ni cau courante, ni vacuat ion des eaux uses. J ' amnage moi - mme les installati ons, mai s pour l'eau potable, j'ai fait une demande la mairic et il faut patienter.

Nassia nous permet de nous approvis ionner en eau chez elle pendant presque deux mois. Elle vit seule avec ses six enfants dans une petite maison de trois pices, toul prs de chez nous. Elle n' a pu la construire qu' en contractant des emprunts la banque.

N'ayant que trs peu d'argent , clic doit fa ire trois boulots pour joindre les deux bouts. Il y a aussi Messaoud, qui est origi naire de Bentalha.

Nous nous sommes li s d'amiti au til des ans. Il connat bien l'endroit et il m'expliquera beaucoup de choses. Mohamed Brahimi. Il sympiuhi se avec le FIS et aura des problmes avec la justice quand un groupe arm volera sa voiture. Il fcra 37 mme de la pri son. Lui aussi connat bien le coin et, avec Mess aoud, il m' introduit auprs des aut res habitants.

Au dbut, il ne m' apprcie pas du tout , il me prend pour un communiste, mai s plus tard il me soutiendra, surtout auprs des mi licicns qui le respectent.

Atar tra vaill e au sige de r APC Assemble populaire communale comme tc heron: Je m' entends aussi trs bien avec Mustapha Djaro , un cousin d' Anar. Il enseigne l'Institut des postes et tlcommunica- tions, situ dans te quartier des Eucalyptus. Arezki Fars, tui , est de ta ci l Climat de France , Alger.

Donc peu 11 peu, nous nous rapprochons des voisins. C'est surtout ma femme qui s'est bien adapte au quartier en se ]jalll d'amit i avec les voisines directes: Nassia, Salima, la femmc de Chouch, la femme de Moussa. Dans les premiers temps, les femmes se rencontrent au centre de sant ou bien sc rendent visite chez l'une ou l'autre. Plus tard. En fa it, les femmes sont parmi les premires subir les retombes de la cri se ct de la situation scuritaire.

Ds les premires menaces. Les visites en famille, qui sont d' une grande impor- tance pour elles. Ce n' est que plus tard, partir de , que les sorties en famille ct mme les ftes reprendront, parce que, dcidment. La confrontation idologique se manifeste j usqu' au sein des familles ou entre fami Il es qui traditionnell ement sont trs lies.

Dans l' une.

Kaâkaâ: Nous avons tué personnes à Bentalha et Raïs

Les con nit s idologiques louchent mme les femmes qui habi tuellement n'taient pas intresses par la polit ique, ct celles qui se retrouvent et se regroupent partagent 38 " les mmes positions.

Ell es di scutent beaucoup de politique au cours de cette priode. Salima Lachani , notre vois ine, par exemple, ne sort jamai s mai s sait tout sur ce qui se passe Alger et dans la rgion. Les annes et sont les annes des contrats avec les services de scurit. Tous veulent fai re fortifier leurs btiments et prvoient des murs de clture. C'est l'occasion pour moi de me faire une ide des dveloppe ments sur le terrain parce que j'ai de nombreux chantiers il superviser dans toute la rgion, notamment dans la commune de Meftah o nous construisons le sige de la commune, une cole de douze classes et entretenons un chantier duns une caserne au-dessus du sarmlorium o s'i nstalleront plus tnrd des commundos spciaux.

Nous n'y resterons pas longtemps parce qu' en fai t notre prsence drange les mi 1 itaires. A vcc le temps. Je reois les premires menaces en sous forme d' une lettre dans laquelle on exige une certaine somme d'argent. La deuxime leure est une menace de mort. Je quitte le chantier o je travaille ce moment- l. Les menaces se font. Parfois, on nous impose de travailler malgr les menaces et le fait de ne pas se prsenter est considr comme un abandon de poste.

J'ai russ i garder certains ouvriers en les plaant ailleurs. Est-ce le souveni r encore douloureux de la rpression d'octobre qui a cot la vie plus de cinq cents jeunes? Est-ce le dploiement mi 1 itaire qui fait redouter le pi re?

Est-ce parce que finalement les gens ne sont pas ce point convaincus du rle du FIS qu'i ls soient prts mourir pour le parti ou bien pour la dmocratie? Certai ns,je J' ai dit, font cependant le choix de la lutte arme. Manifestement, il y a des groupes arms qui sc forment trs tt, certains mme avant le put.

Je suis persuad qu'i ls ne sont pas trs nombreux. Si l'opposition arme avait t efficiente, elle aurait peut-tre pu meure en pril cc rgime affaibli. On raconte que certains gnraux avaie nt dj prpar leurs vali ses! Les groupes arms dj consti tus ou qui s'organisent ds le dclenchement de la rpression disposent d' une forte crdi bilit au sei n de la mouvance islamiste.

Le MIA Mouvement islamique arm s'est reconstitu au dbut des annes quatre-vingt-dix aprs avoir t dmantel en Les sympathisanb islami stes ont beaucoup de respect pour ce groupe qui tire cn partie sa lgiti - mit d'une longue expri ence de lutte arme.

De surcrot, son chef, Chebout i. Beau- coup de jeunes victimes des services de scurit dcident de rejoindre ses hommes, mais certains creront aussi leurs propres formations sans allgeance prcise, du moins dans les. Dans le quartier, on connat les militants du FIS et on ne les craint pas. Ceux qui Ollt chapp aux vagues d'arrestations continuent de vivre parmi nous, travaillent, jouent au foot et essaient de ne pas se faire reprer.

Mme durant les annes et , certains continuent de porter barbe et kamis. Dans les Ill ois qui suivent le coup d'tal des militaires.

Il y a ceux qui plaident pour J'action et d'autres qui se ret irent et ne vont mme plus dans les mosques auparavant contrles par les militants de FIS. Parfois, ils renoncent mme aller tout simpl ement la mosque, parce que, de plus en plus, faire ses 40 ,. L prires dans un li eu de culte devient suspect.

Les hommes qui, ce moment-l, sont dcids rsister, sont ceux qui pren- drontles ilrmes peu aprs. Dans notre coin. Personnellement, je Ile suis pas trs introdui t dans les milieux is lamistes et, ceux qui optent pour une activit clan- destine se faisant plus ou moins discrets, je ne sais pas qui est organis en groupe.

Je sais que des mil itants du FIS rejoignent le maquis tandis que d'autres s'organisent localement. Les groupes locaux ne font pas encore d'attentats et, dans leur grande majorit. Ds l'arrt des lections ct l'interdiction du FIS, des slogans font leur apparition sur les murs. Dans la nuit, des jeunes expri- ment leur opposit ion au rgi me militaire coups de, versets comniques, de slogans de glorificati on du pani et de l'Etat isla- miques, etc.

Les mili tai res n'osent pas sort ir de leurs postes dans l'obscurit mais prennent leur revanche le lendemain en arrtant tous ceux qui leur tombent sous la main. Souvent, ce sOlllles gendarmes qui investissent les maisons sur lesquelles ont t faites les inscriptions et obligent Ics habitants rvler les noms des auteurs. Lors de ces interrogatoircs, les militaires sont prsents.

Bentalha, plusieurs reprises, des arresta- tions de ce genre ont eu li eu. Gnralement, les suspects sont embarqus au poste, passent un mauvais quart d'heure et sont relchs. C'est de l'intimidation. Mais parfois, cela ne sc passe pas de cette faon. Je connais un enfant de quatorze ans, trs vei ll, habitant Baraki. Son pre, militant du FIS, avait hberg des membres d'un groupe arm.

L'enfant est arrt et tortur par les gendarmes de Baraki: Il s lui ont fait un trou dans le crne Il a t relch parce que mineur. Je ne sais pas ce gu 'i l est devenu. Vers la lin de l'anne mais surtout en , des tracts accrochs aux murs font leur apparition. Ils sont signs par des groupes arms. Il y est fait tat de leurs exploits: Apparaissent aussi des 41 trac ts recommandant de ne pas regarder la tl.

Ce ne SOnt pas encore des interdits et il n'y a aucune menace de sanction. C'est part ir de cene date que j'entends concrtement parler de groupes arms. Mll is dans notre rgion, les groupes locllux ne sont pas encore vraiment actifs.

De temps e n temps. Il faut dire que. Il s s' adonnent sans scru- pule au vol et au racket, sachant trs bien qu' il s nc seront pas pourSUIvI S. Baraki et donc aussi Bentalha, les mi litants du FIS cont i- nuent de se rencontrer pour changer ct consolider des rseaux de soutien aux famill es des victimes de la rpression de l'tat.

Il s se me uve nt comme dcs poissons dans l' eau et peuvent compter sur Je soutien matri el et moral de la population. Les commerants le ur font des dons trs g nreux et les groupes n'ont pas besoi n de les racketter. Cela changera lorsque la composition des groupes sc transformera et que des hommcs plus je unes et moins connus prendront la relve ; ce ux-l feront press ion pour soutirer des fonds aux commerants.

C'est de l'argent qui sera desti n notamment au soutien des fami ll es ncess iteuses et l'achat d'armes. Le libraire de Baraki par exemple ne s' en cache pas- il clame partout: Un jour, nous aurons le pouvoir!

La plupart des aUi res dona- teurs sont plus discrets. Dans les annes et une part ie de , les groupes ne sont pas contre la populat ion. Leurs membres sont connus, ce sont souvent des hommes pieux e t rsolus qui organisent la rsistance. Ils combattent les forces de l'ordre et le systme rpressif, mai s c'est encore une violence calcule et cible. Ce n'es t que peu peu que leurs composantes et leur caractre vont changer.

Avec une rpression devenant de plus en plus froce , le urs coups seront plus frquents et les oprations d'embuscade contre les mil itai res se mulliplieront, mai s l'tau va se resserrer de plus en plus sur nous, habitants des banlieues. Le contact avec les a ut ori ts est prohib e t il es t dconsei ll de se re ndre au commissariat , de tra vaill er avec l'admini strati on de la commune. Les femmes, dans nos quarti crs. Mais alors qu 'avant beaucoup de femmes vont sans foul ard.

M me les tilles commencent le mettre. Nous sommes encore dans une pri ode o la popul ation ne ressent pas ces interdits comme tels ct se soumet volontairement aux diktats. C'est une fuon de se dmarquer de ceux qui ont tolr le putsch et d'exprimer son oppos ition. On sail que c' est un geste de bravoure que de porter la barbe.

Car la rpression est froce et les barbus sont souve nt arrts aux barrages: Durant les tortures, les barbes sont brOles, extirpes avec des pinces ou arrac hes aprs avoir t empltres. Le barbu est devenu synonyme de barbare inculte. Il est l' ennemi dsign. Mais tout le monde ne se plie pas aux ex igences. Et comment ne plus parl er un policier ou ne plus se rendre au commissariat?

On peut affi rmer cepen- dant que. Ce n'est pas tant la lutle pour l' instauration d' un Etat islamique qui moti ve les gens que le soutien 11 un mouve ment perscut et contraint de passer la clandesti nit afin de rsister l'injus- tice qui s' abat quotidiennement sur lui.

Beaucoup de villa- geois sont prts nourrir les combattants et leur remett re les fu sil s de chasse. Bentalha, les premiers groupes commen- cent s' installer dans les vergers; ils construisent des case- mates et investi ssent le grand oued l'ouest de notre quart ier.

Beaucoup de jeunes suivent ce mot d'ordre et qui uent l'arme ou refu sent de faire leur service militaire. Parfois, il s se cachent la maison o u bien il s fui ent vers l' tranger; ce peUl tre par sympathi e isla miste, mai s surtout pour chapper l' enrlement dans une lutte anli terrori stc dans laquell e ils sont sacrifi s par milliers.

Nous entendons souvent des rumeurs au sujet d' purati ons au sein de l'arme. Le FIS a beaucoup de sympathisanls parmi les soldats, et pas seulement les appels. J' appre nds par des ami s militaires que des collgues pieux qui font leurs prires sont suspects de sympa- thie avec le parti di ssous et peuvent tre sancti onns. Jusqu'o peut all er l'esprit inq uisiteur!

Lorsque les ass ass inat s d'appels se mult ipl ient , nous enlendons souvenl les sympa- thi sants islamistes dire que, en fait. Oc plus, ce serait une bonne manire d'i ncriminer les groupes arms et de pousser les jeunes s' enrler dans l'arme. Cette stratgie aboutira plus tard et beaucoup de jeunes s' engageront dans l'arme pour chapper la mort.

Je commence me sentir mal l' ai se. Je vi s dans une rgion qui passera sous la coupe des groupes ct o toute la vie chan- gera. Nanmoins, dans l' anne qui suitl': Jc sors avec mes enfants pour observer les gens jouer aux boules en face de ma mai son. De temps en temps, jc vais me promener dans les orangeraies ou dans la ppinire et j ' en profite pour ramasser les escargots. Il y en a beaucoup, et rares sont les gens qui en mangent.

Cert ains aprs- mi di. Mai s peu peu, je m' aperois que les gens vont plus rare- ment vers l'oued. Je fin is par y renoncer quand des vois ins m'averti ssent du danger: Nous n'avons plus COmme occupations que de faire quelques bricolages dans nos mai sons ou d'entretenir un petit jardin.

Qui a tué à Bentalha ? Algérie : chronique d’un massacre annoncé

Un peu pl us tard, avec la monte de la tension, il va tre de plus en plus difficile de mener une vie normale. Mais qu'est la normalit quand la press ion ct l'angoisse se gl issent de mani re imperceptible et insidieuse chaque j our un peu plus dans notrc vie? Un tranger s'aventure dans notre cauchemar Durant l't , mon frre fte son mariage chez ma mre, Baraki.

Ma sur Naccra et son mari franai s dcident de venir parlager cet heure ux moment avec nous. C'est la premire vis ite de mon beau-frre en Algrie. Ce n'est pas le meilleur moment, j'en conviens, mais nous avons tant pri s l' ha bi tude de cette s ituati on que nous ne mesurons pas l' ampleur des changements en l'espace dun an et demi.

Lui ne se doute pas de ce qui se passe rellement, car ce qu' on lit dans les journaux reste abstrai t quand on ne le vit pas Et lorsqu'on subit celle situation au quotidien, on fin it par nc ri en connatre d' aut re. Il est vrai que, ce moment l, la vie peut encore tre agrable Al ger.

L' ambiance reste accueillante cl le mili eu fami li al nous permet d'oublier ce qui sc passe dans nos quar tiers. Nous osons sortir de la ville, all er An-Beni an et La Madrague. Les premiers assassinats d' trangers n' auront lieu que fin septcmbre. Malgr cela. Les nuits sont touj ours chaudes en t, mais ce soir-l.

Baraki, il fait trs lourd, malgr les pers iennes fermes et les fenlres ouvertes l' attente d' un petit vent rafrachissant. Mon beau frre joue aux dominos avec les jeunes de la fmnillc. Comme en priode de fte, la maison est pleine. Le ventilateur 45 1 1 " Ile gu!! Il est un peu plus de 21 heures quand nous sommes surpri s par une dtonati on.

Nous, qui sommes un peu habit us ce genre de dflagrati ons, ne les remarquons mme plus, mai s mon beau-frre tressai llit. Son visage se crispe et change de couleur. C'est la premire fois que Illon beau-frre assiste, quasi- ment en direct. Il se l ve d'un saut et se met la fentre. Mon beau-frre me dit que c'est la derni re nuitqu' il passe il Baraki. Effeeti vement, le lendemain, ma sur et lui s' installent l'htel.

La nouvell e de l'assassinat se rpand tout de suite et les rucs sont dsertes. Les jeunes apprhendent la descente des forces de scurit et surtout de Lyes, rput trs violent. Auss itt alerts, lui et ses camarades viennent en force et, lanant des insultes et obscni ts aux habitants du quartier, se mettent tirer dans tous les sens, visant les fentres des btiments.

D'habitude, les policiers viennent trs rare ment dans la ci t 2 logements. S' il s entrent dans la cit, c'est parce qu' ils en ont reu l' ordre explicite. Dans l'i mmeuble o habite mil mre ct non loin du lieu du drame, vi t une famill e dont le fil s cadet, Houssem. Houssem e! Il vient de temps cn temps rendre visite sa famill e et, comme il est recherch, les jeunes contrlent les alentours.

Les gens prtcndent qu'i l ne s' est jamais attaqu un voisin ct n' a particip aucun assassinilt ou attentat dans le quartier. Les jeunes ont normment de respect pour lui parce que, en plus. Le lendemain.

Des militaires et des gendarmes sont l ilussi pour participer l'enterremenl du beau-frre du policier et surtout pour se protger mutuellement. Lyes, quant lui. Nous entendons quelques coups de feu qui provien- nent de l'appartement de la famille mais, heureusement.

Finalement, les policiers emmnent la mre. Durant plusieurs jours, Lyes et ses collgues dbarquent dans le quartier, trs tard dans la nuit, souvent saoul s, pour harceler les proches de Houssem, ce qui se reproduirn aprs sa mort, dix-huit mois plus tard. Houssem, trs redout des forces de l'ordre, sera en effet tu en , dans un accro- chage Sidi-Moussa. Son corps a t attach un vhicul e de l'armect tir pendant un long moment pour que tous le voient, avant d 'tre dcapit. La dpouille n' a pilS t remi se la famille , qui s' est rfugie pendant quelques mois Ha el-Djilali, dans la vi ll a de Hassan.

Dlaisss des autorits Il faut di re que, pendant les premires annes, les forces de scuri t sont il peine prsentes sur le terrain. La seule chose que nous subissons, ce sont les barrages ct les rati ssages. Ils ne sont d' aucune efticacit, parce que les membres actifs des groupes sont prpars ces si tuations et savent les viter. La popula- tion civile, en revanche, a le doul oureux sentiment de ne bn- ficier d'aucune protection et d'tre la victime de ces pratiques rpressives.

Les commissari ats et gendarmeries ferment leurs portes double tour ds la nuit tombe. Pas moyen de les joindre mme en s'y rendant person nell ement, tandis que le tlphone n' est ja mais dcroch! A Bentalha, ils le lvent tout en restant embusqus. Leur seule fonction semble tre de nous terroriser. Pendant ce temps, les groupes se dploient avec une facilit dconccr. Certaines sont entirement sous leur coupe panir de fin Je ne comprends pas du toul cette absence des servi ces de scurit.

C'est comme s' il y avait une volont de laisser la situation se dgrader. L' absence des forces de scurit pendant la nuit est compense par leur comportement d'autant plus sauvage notre gard lors des rati ssages et des barrages. Ce sont en gnral des forces combines de militaires, gendarmes et poli ciers qui dbarquent, bouclent un quartier, font sortir les gens de leurs maisons.

Souvent, on ne les revoit plus. Alger, apparaissent en les premires units spciales de luite contre le terrori sme qu'on appelle ninjas. Ce sont des brutes. Gnralement, ils surgissent en Nissan ou Toyota. Ils embarquent leurs victimcs et les transfrent dans les PCO o ell es passent un trs mauvai s quart d' heure. Ces units apparai ssent d'abord Alger mai s, rapidement , elles s'install eront dans les quartiers priph.

L' un des centres les plus redouts sera celui de Chateauneuf, vers lequel seront diri ges beaucoup de personnes arrtes qui subissent la torture ou disparaissent dans leurs geles.

Ce qui nous rend la vie vraiment dure partir de , c'cst l' interruption de la construct ion de la route et la suppression du transport publi c entre Baraki et Bentalha. Il nous faut faire deux kilomtres pi ed, souvent dans le noir, le froid et la pluie, pour rejoindre la roule dpartementale n" et le car en partance de Sid i-Moussa pour Alger.

Ce sont surtout les femmes et les coliers qui souffrent de cette situati on. Aprs la marche, c' est l'attente dcs rares bus ou bien la continuation pied. Les cars s' arrtcnt rarement , sauf quand il y a encore des places vides. Mai s ds que la porte s'ouvre, c'cst qui sera le plus habile. Pourtant, le calvaire ne fait que commencer.

C'est invitable, ds l'arri ve la hauteur du premier poillt de contrle militaire, tous les vhicules mettent leurs clignotants et se garent. Tout le monde descend I! Les gens ont compri s que, une fois dehors. Une fois ce lu ici contrl, le mme groupe de militaires commence la foui Ile des passagers.

On perd un temps fou, il faut se concentrer ct tre trs srieux. Parfois, quand on est dans un bus, on oubl ie le barrllge. J'ai vu des soldats gifler des fill es qui l'avaient oubli I! Comme si l'tat d'urgence interdisllit le rire!

Combien de fois aj. Plus d'une fois, je m'en sui s ml parce que je ne supportais pas cette faon de traiter les gens. Il m'est arriv de recevoi r des coups de crosse de soldats me demandant pourquoi je voulais dfendre ces lches JJ. Je cri ais et je menaais de prvenir tel eomm. Comme quoi travailler avec les militaires pouvait rendre service! Les chauffeurs foncent sans se rendre compte de l'obstacle et vont droit vers III mort. Il faudra quelques mois pOUf que les gens s'adaptent et dvel op- pent de nouveaux rflexes.

Son malheur est arriv bien plus tard, dbut , quand les militaires commenc investir le terrai n. Cheikh Larbi. Le couvre-feu du re j usqu ' 5 heu res, mais ell e ne peut plus altendrc. Il faut faire vi te ct donc Areski prend la voit ure pour embarquer M' harned, mon voisin direct qui est infir mier, Cheikh Larbi ct Warda. Arriv au niveau du barrage, il allume la lumire intrie ure de la voi ture, tei nt les phares et avance lentement, comme nOus avons appri s le faire.

Et voilquun mil itaire tire. Areski est bless. Warda sort en criant: Il Arrtez, je vai s accoucher! Aprs quelques palabres, les militaires consentent les lai sser passer, ct c'est M'hamcd qui prend le volant de la voit ure pour emmener l'un ct l'aulre d'urgence l'hpital. Ils arrivent devant le barrage sui vant, El-Harrach, ct l les militaires manquent d'abattre Areski, parce qu 'i ls le prennent pour un terrori ste bless.

Il faui toute la force de persuasion de Warda et M'hamed pour qu'enfin il s soient autoriss se rendre l"hpital. Areski , touch li la hanche, en gardera des squelles jusqu' ce jour. Warda, heureusement, accouchera sans grandes difficults. Le barrage tout prs de chez nous, la sortie de Haouch Mihoub voir carte p. Pendalll des annes, les mi litaires qui y sont posts harclent les habitants de nos rgions.

Depui s , ils contournenltout simplement ce point de contrle en empruntant par-derrire une pi ste qui passe par Ghrora pour dboucher sur Barak.

Tout le monde le sait el nous- mmes nous emprunt ons ce chemi n pour viter les mili - taires. Ces derniers, eux, n'essaieronljamais de barrer la route aux groupes. D' ailleurs, parti r de , Bentalha, les rati ssages se fOllt pl us rares. En revanche.

Et il n' est pas rare que des membres de la fami ll e du recherch soient emmens parce que suspects de soutien au terrori sme. En fait. Les personnes cites sont leur tour arrtes, et ainsi de suite. De cette manire, les mil i- taires esprent dmanteler les rseaux de soutien.

Car il s 'agit bien de cela: C'est surtout II Baraki que nous vivons ces descentes cauchemardesques. Ces campagnes de terreur peuvent toucher n'import e qui: Mai s mi s part ees rati s- sages el ces rafles, les mili taires sont praliquemelll absents. Ce n'est qu' partir du dbut que leur prsence s'est accrue.

C'est aussi la priode des excuti ons sommaires d,ms les rucs. De nombreux jeunes sont liquids el, au petit matin, les voisins ou parents les dcouvrent, horrifis. Cette pratique deviendra systmatique parti r de Durant celle anne-l , nous apprenons qu' Cherarba une cinquantaine d'appels ont t tus. Tandis que l'arme oblige les habitants quitter leur domicil e parce qu ' il s sont suspects d' hberger des groupes arms, un commandant de l'arme fait sorti r tous les soi rs unI! Je me souviens d' une excution Baraki, dbut Les forces combines dbarquent chez un voisi n de ma mre - nous sommes alors en visite chez cl le pour une semaine ou deux.

Trs nombreux et bruya nts. Le voisin en question a un demi-frre, voyou et voleur, qui n'a llucune relation avec les islamistes. Il s le 51 III. Ils s'introduisent de force dans l' appartemenl et emmnent le voisi n dans la rue, lui ordonnant d'i ndiquer o se trouve son demi-frre.

Devant son refus de cooprer, ils le tabassent. Peu aprs. De l o nous sommes posts, je vois clairement les mil itai res tirer. Cette nuit-I,je n'a i pas pu dormir. Les cadavres sont rests l j usqu'au petit mati n, lorsque nous sommes descendus pour les identi fi er. Nous ne les connaissions pas. Ils portaient des traces de torture sur tout le corps. C'est une des premires excuti ons laquelle nous assistons directement. Ava nt , quand les gens taient enlevs, on pensait qu ' il s taient empri sonns dans les centres de dtent ion.

Les mOrts que nous trouvions dans la rue taiCnI gnral ement des inconnus et. Entre mars et avril , au moment des attentats contre l'ONACO socit nat ionale de produit s alimenlaires , le souk-el-fellah supermarch tatique et l' EGUCOB une entrepri sc de gnie urbain de la commune de Baraki , les mili - taires se mettent la recherche de quin Le lende- main, on retrouve leurs cadavres diffrents endroi ts.

Ctte poque. Tout Je monde parle de cet vnement et j'apprends que trois autres corps ont t retrouvs El-Harrach et deux s ur la rout e d' Hydra. Li u';ralclI C'est la police qui a donn ces noms aux militaires. Les policiers ont fait ce coup pour se venger des pres de ces gamins, des commerants, qui avaient dci d de ne plus se laisser par les policiers devenus trop exigeants. Et les vritables auteurs de ces attent ats? Ce sont les membres de notre groupe arm local di ri g par Djeha Benamrane, un type qui fera la loi chez nous pendant plusieurs annes.

Il suivait les mouvements des forces de sécurité. Une attaque contre une villa des forces spéciales échoue, une embuscade tenue aux éléments de la garde communale. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force. Si l'Amour Rend Aveugle Chaque famille algérienne a été touchée d'une manière ou d'une autre, oui! Chacun de nous porte en lui une trace indélébile et des questionnements sans réponses claires pour le moment: Est ce fini?

Je pense qu'une particularité de ce peuple et qui caractériserait sa grandeur, est d'être toujours là debout à sa manière malgré tout, que la vie en lui et tant bien que mal reprend le dessus malgré tout La liste des pays et des gens,en Algerie, qui ont aide et participe directement ou indirectement,financierement,materiellement aux massacres des civiles algeriens: Une partie d'algerien sympathique aux idees,et aux ideaux du fis,qui ont aide en donnant de l'argent,des informations,trafique des documents officiels pour aider les milices para-militaire criminelles lies au fis GSPC,..

Il faut se rappeler que c'est le President Mitterand qui a personnellement denonce l'annulation des elections en Algerie,et qui a apporte son soutien indirecte au fis.

Il ne faut pas oublier que c'est la France,qui a impose un embargo generalise sur l'Algerie,pour aider les islamistes algeriens. La majorite des armes,des finances provenaient d'Europe,de Belgique,mais surtout de France,a travers la France,l'Espagne,et enfin le Maroc,dont les frontieres avec l'Algerie sont toujours poreuses grace a la complicite des importateurs algeriens,des douanes,de la paf corrompus.

Il faut savoir que l'armee,la douane et meme la police avait des membres du fis,ou sympathiques aux idees du fis,qui ont aide,en douceur,en donnant des infos de 1er ordre pour assissiner des Maires,de hauts grades de l'armee.

Grace a ses relais,au sein de la douane,et de la paf,des containers entiers d'arme francaise, scelles ont ete delivres directement a des importateurs-commercants,membres du fis,sympathisant du GSPC par ex,ces containers traverser la frontiere,debarque aux ports algeriens sans aucun probleme.

Il faut savoir que des camps d'entrainement islamistes au Maroc servaient de base d'attaque,contre l'Algerie. La plupart des membres du fis,ont directement ou indirectement participe a l'eclosion de milice para-militaire lie directement ou indirectement aux mouvances islamistes en Algerie,ainsi que la mouvance islamiste internationale. Des questions que chacun doit se poser avant de juger ou d'incriminer une partie ou une autre. Le GIA, ce bouloulou des temps modernes, une création répondant à des objectifs bien précis.